Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 juin 2022

3 femmes + Une

3 femmes.pngPar un après-midi de mai, Joëlle Andreys – fondatrice et directrice très inspirée du magazine STRADA – est venue nous tirer le portrait dans mon jardinet !

Ce sont 3 femmes ” indépendantes ” qui parfois travaillent ensemble. L’occasion de rappeler qu’on peut réussir même dans des métiers créatifs, réputés pas évidents, même en étant situé en Haute-Loire. Elles ont chacune choisi un métier qui leur correspond, dans lequel elles se sentent bien, à leur place, et ne font pas dans l’amateurisme. Elles ont les qualités de leur métier ; la sensibilité de la pellicule pour la photographe dont le regard doit savoir tout saisir d’une personne ou d’une situation ; le souci de justesse de l’auteure dont les mots ne disparaissent plus une fois qu’ils ont griffé la page ; la vivacité et l’adaptabilité de la graphiste qui réalise un assemblage complice des écrits et des images, dans un temps contraint. Il faut de l’exigence, de l’écoute, et le goût du détail. Ces 3 femmes se sont souvent croisées dans le travail, elles ont aussi partagé des moments d’amitié.

Retrouvez ici l'interview dans son intégralité. Photo © Joëlle Andreys.

10:52 Publié dans // presse | Commentaires (0)

21 juin 2022

A la racine des sentiers

Affiche SUJET LIBRE.pngEn avant-première, pour les 10 ans du Camino, je ferai la lecture de mon prochain texte à paraître fin 2022 dans le livre de photographie noir et blanc réalisé et publié par Vincent JOLFRE, Mon Grand Large, Haute-Loire. Je serai accompagnée d'Elodie POIRIER et Anthony CASTIN, du duo Niseïs.

Lorsque l’on est longtemps remué par les vagues de vent, l’ailleurs est sans cesse présent, dans l’infime et le très grand. Le grain lisse ou rugueux d’une pierre, les lueurs roses et voilées d’un matin, les cieux renversés de chagrins, l’œil ourlé de khôl d’un volcan, les labours rouge sang, les senteurs de fleurs et bêtes mêlées… À la fontaine, j’emplis mon seau d’une eau où se reflète le visage des miens. Ensemble, parfois ils parlent ou bien se taisent. Il ne m’appartient pas de choisir, ni le moment, ni leur manière de dire.
Étrangement, c’est en revenant au pays que je suis partie. Là qu’en m’accordant à des résonances désordonnées, je nourris ma quête de sens infinie, pousse portes et fenêtres d’un monde qui parmi tant d’autres est un bout du monde. Indivisibles et multiples, tous les petits mondes le sont.

Vendredi 8 juillet à 20h30, au Café-Jardin du Camino ! Libre participation.

19:29 Publié dans / édition | Commentaires (0)